La poissonnerie Péan, une histoire de famille


Mais en fait, c’est quoi d’être poissonnier? On a tous en tête l’image d’Ordralfabétix, le poissonnier d’Asterix et Obelix criant: “Il est pas frais mon poisson?!”. Blagues à part, faire ce métier c’est avant tout une véritable vocation.

Chez Biltoki, cette profession nous fascine. Se lever aux aurores pour dégoter LE poisson qui saura vous faire plaisir lors de votre diner entre amis; eh bien nous, ça nous éblouit!

Basé depuis 3 ans dans nos Halles des 5 Cantons à Anglet, Maxime Péan, 28 ans, est la quatrième génération de poissonnier. Une réelle passion qui a su être passée au cours des années. Pour mieux connaître cette spécialité et ses enjeux, suivez l’interview de “Max” afin d’en savoir un peu plus sur cette belle profession. Allez plouf, c’est parti!

Quatrième génération de poissonnier, tu as dû grandir sur les marché… Quel a été le déclic qui t’as fait comprendre que ça serait le métier que tu voulais exercer?

Depuis tout petit j’accompagnais mon père sur les marchés. J’aimais beaucoup l’ambiance de la criée; voir les différents types de poissons qui revenaient du large et voir, et du coup apprendre, comment mon père les sélectionnait pour son magasin. Même si le déclic je l’ai eu assez tard, j’adore ce que je fais aujourd’hui. C’est seulement vers mes 18 ans que j’ai décidé de reprendre l’affaire familiale. Aujourd’hui, ça fait 3 ans que je tiens mon stand aux Halles des 5 Cantons.

Quel est pour toi une journée habituelle?

Levé relativement tôt pour pouvoir être à la criée de Saint-Jean-de-Luz à 5h du matin afin de choisir le poisson de qualité que l’on pourrait mettre en valeur sur notre étal. Cela est primordial si l’on veut proposer des produits frais et qualitatifs à nos clients. Et je suis très strict là dessus.

Quels sont les enjeux d’un poissonnier indépendant aujourd’hui?

Les enjeux sont très compliqués en raison de la grande surface qui brade complément leurs prix. Ils misent sur des grosses quantités mais avec une qualité réduite et pas forcément “extra”.

Ils nous pourrissent un peu notre marché mais on arrive malgré tout à bien se battre. On est encore jeunes et plein d’énergie, donc on va pas se laisser faire!

Qu’est-ce qui te rend le plus heureux dans ce que tu fais?

Le produit, la qualité, le travail du poisson, le rapport avec le client et surtout faire ce que j’aime. Tout simplement…

Qu’aimes-tu le plus dans ces Halles des 5 Cantons?

Dans ces Halles il y a une très bonne ambiance. On se retrouve entre jeunes commerçants, on a une belle bande de jeunes patrons qui est assez “boustant” tous les matins. Je ne viens jamais à reculons; on se motive tous mutuellement. C’est toujours un véritable plaisir.

Ton poisson préféré et ton idée recette?

Un joli dos de cabillaud, bien fariné, dans la poêle, frit 3-4min de chaque côté avec une bonne mayonnaise!

 

Pas très bon pour la ligne tout ça Max…mais on en salive déjà!

La passion et le savoir-faire, voilà les deux atouts que vous retrouverez sans exception chez nos commerçants des halles. Des critères indispensables lors de notre sélection.

Il est vrai qu’il faut de plus en plus de poissonniers comme Max. Aujourd’hui, on ne recense que 7 500 poissonniers seulement (lci). Des poissonniers qui souhaitent combattre les grandes surfaces et redonner une offre de proximité aux habitants mais aussi une meilleure satisfaction produit.

Et vous, ça vous dit de vous lever tous les jours à 5h pour choisir votre poisson ou vous préférez laisser cette tâche à votre poissonnier?

X