Les cafés de quartier: des fermetures chaque année

“On va se boire une mousse?”, “On se prend un petit café?”
Les cafés de quartier sont une réelle institution dans chaque ville et village. Véritables outils de lien social et de rencontres, ils disparaissent malheureusement petit à petit. 7 000 établissements ont fermé en moyenne par an ces dernières années (France Boissons). Pourtant, ces endroits chaleureux et conviviaux sont incontestablement des lieux de rendez-vous et d’échanges. Passé de 200 000 établissements en 1960 à 36 000 en 2015, aujourd’hui non loin de 26 000 communes n’ont plus de café, et chez Biltoki nous ne trouvons pas cela normal.

Pour ceux qui nous connaissent bien savent que en plus d’être exploitant de halles, nous sommes aussi cafetier! Un nouveau Café Biltoki s’ouvre dans chaque projet que nous créons. Dans notre démarche d’ouverture de halles et de re-dynamisation de quartier, nous avons vite réalisé que placer au coeur du marché le café du quartier était primordial. Poumon de chaque halle, nos cafés sont de vraies vitrines pour les commerçants qui l’entourent. Petit déj avec les viennoiseries de la boulangerie voisine jusqu’aux apéros avec les tapas réalisés chez le charcutier d’en face; les Cafés Biltoki sont riches de produits goûteux, simples et qualitatifs.
Des moments sympas à partager avec les animations quotidiennes faites par nos clients réguliers: péripéties de la soirée de la veille, retrouvailles entre amis, blagues (douteuses)… le tout dans une ambiance bon enfant.
“Si j’étais élu, je ferais mes réunions politiques au café puisque c’est un lieu convivial et chaleureux” – Vincent Chauveau, Fondateur du Conseil du coin (Livret Blanc 2017 France Boissons). Tu as bien raison Vincent. Nous en tout cas, c’est ce que l’on fait avec nos rendez-vous !

Alors pourquoi est-ce si difficile d’ouvrir de tels endroits? Rassembler les gens devrait être plus facile que cela… Forcement, le financement de ces commerces est un réel problème. En raison de l’intensité des règles prudentielles, les banques ne prennent plus de risques. C’est dans ce genre de conditions qu’il faut être créatif: avec le crowdfunding par exemple. C’est d’ailleurs de cette manière que nous avons pu financer nos premières halles, les Halles des 5 Cantons à Anglet, en levant 2,4 millions d’€! Ainsi réalisées des halles appartenants aux habitants. On devrait faire ça plus souvent…
Dans ce même thème d’aide au financement, le Prix Heineken des Cafés pour nos Régions récompense 5 projets de création, de reprise ou de rénovation de cafés en France pour maintenir dynamisme et maintient des territoires et de nos régions. 50 000€ sont alors distribués entre les différents gagnants pour un petit coup de pouce.

Aujourd’hui, les Cafés Biltoki comme les autres cafés s’adaptent aux nouveaux modes de consommation. Wifi gratuit, prise usb, musique d’ambiance satisfont les nouvelles générations. Il n’est d’ailleurs pas rare de retrouver les équipes Biltoki travailler au comptoir.

Alors si “pour 77% des Français, le café est le lieu principal du lien social” (France Boissons), il ne se développe pas assez dans nos régions. A votre avis, comment changer cette tendance, garder ces réseaux de proximité, mais surtout comment pouvons nous aider les cafés institutionnels à ne pas fermer afin de vous assurer le café matinal et la bière after work?!

X